Festival Mythe et Théâtre 2023

FÉTICHE

Dernière mise à jour : 28/12/2022

Le Festival est prévu pour avoir lieu
du 17 juin au 2 juillet 2023

Confirmation janvier 2023

Il s’agit d’un Festival Annuel créé en 1986, qui réunit pratique (Théâtre) et théorie (Mythe), dirigé par Enrique Pardo et Linda Wise avec un large cercle de collaborateurs et d’amis de Panthéâtre. Son président fondateur fut le psychologue et écrivain américain James Hillman.

 
Consulter les DÉFINITIONS et HISTORIQUE du festival
et les festivals récents:
 
2020 Festival
2021 Festival
2022 Festival
 BLOG  articles de Enrique Pardo
STAGES, MASTER CLASSES, LABORATOIRES, CONFÉRENCES
Pour information détaillée
cliquer sur le
LIEN
    • Voix LIEN
    • Théâtre Chorégraphique  LIEN
    • Performance Vocale LIEN
    • Chanter (d’)après Roy Hart LIEN
    • Études Culturelles  LIEN
    • James Hillman  LIEN

Comme indiqué, le festival et sa formule détaillée seront confirmés en janvier 2023.
Vous pouvez vous faire une idée sur la page d’informations en cours de réalisation, en cliquant sur:

Direction : Enrique Pardo et Linda Wise

Assistants Organisateurs : Daniela Garcia et Debora Balardini
avec
Eloïse DeNayer, Axel Chia, Mathis
Alice Bellefroid, Michaëlla Gallozzi, Pierre-François Blanchard

 

Direction Organisation & Réseaux Sociaux

International : Debora Balardini et Querena

France : Daniela Molina, Eloïse DeNayer, Axel Chia, Mathis, Alice Bellefroid,

 

L’Image du Festival

Voici l’objet-type africain qui fascina et effaroucha les navigateurs portugais dès le XVe siècle, et qu’ils ont appelé feitiço : factices, fictices – fabriqués pour de cultes païens. Donc, faux, impies, blasphèmes, diaboliques.

L’idolâtrie supposée du fétiche a dérivé ensuite vers des soi-disant perversions sexuelles par synecdoque – la chaussure pour l’amant(e)…

L’objet-fétiche de notre Festival Mythe et Théâtre est (selon nous) un couple au lit, dans un ‘duvet’ magique de cauris. Il réunit en beauté les charmes de toutes ces connotations.

 

Image tirée d’un catalogue de ventes aux enchères de Artprecium

Paire d’ibejdis

le corps enfermé dans un grand manteau commun de cauris. Leur visage arbore une belle expression dynamique et peut être désabusée pour l’homme. Leur coiffe est composée de chignon à deux lobes avec nattes en arc de cercle.
Bois dur, ancienne patine miel et marques d’usage, traces de pigments indigo, tissu, cauris, perles de traite et matières diverses.
Yoruba, Nigéria, XIXe siècle
31 x 28 cm

Notes vers un Editorial  

Extraits des premières annonces, novembre 2022

Le thème du Festival 2023 se tourne vers FETICHE, et nous sommes à la recherche d’un titre qui puisse assumer sans complexe ses connotations dites perverses – tout en pointant du doigt ses portées les plus lointaines, ses origines et, surtout, ses détournements religieux et politiques.
 
Soyons donc clairs dès le départ : nous posons qu’un fétiche est avant tout un objet ou un geste d’affection et de sympathie magique – et en tant que tel, il est au cœur de « la valeur et de l’agencement » artistiques. Et cela s’applique au chant et à la performance vocale – nous y reviendrons.

Comme souvent, un livre est venu confirmer le thème : Revisiting the Fetish – Marx, Freud and the Gods Black People Make, de l’universitaire noir américain J. Lorand Matory.

L’expression « valeur et agencement » est de lui, et elle fait partie du regard limpide et convaincant (non exempt de furie) qu’il porte sur la façon dont l’Europe et ses Lumières ont méprisé et déprécié les figures divines que l’Afrique, en particulier, a conçues et auxquelles elle a donné forme.

La fascination artistique pour ces figures dites fétiches, d’autre part, a été un trait marquant de l’art occidental au moins depuis 1907 et la visite de Picasso au musée ethnographique du Trocadéro à Paris : « Voilà ce qu’est la peinture… »

S'inscrire à la Newsletter